J’ai pas le temps.

Tu vas à l’école? Tu travailles? Tu veux une vie? Eh bien, moi aussi. Tes excuses c’est : « je dois payer mes factures, j’ai des travaux d’école, je travaille 20h semaine en plus de l’école, je n’aurai pas de temps pour moi si je m’entraîne.» Crois-le ou crois-le pas, faire du sport, c’est du temps pour toi. C’est le moment de te vider le cœur, de cracher le méchant (stp, crache pas sur les machines du gym), de te défouler, de penser à autre chose que les exams de mi-session qui arrivent déjà bientôt, les bills du mois que tu ne sais pas comment tu vas faire pour payer, de la chicane que t’as eu avec ton amie l’autre jour, du gars sur l’autoroute qui vient de te couper parce qu’il a un Cadillac Escalade de l’année pis que toi t’as une Toyota 2002. Regarde, va-t’en au gym.
Ça va te faire du bien, je te le jure. S’il y a bien une chose que j’ai apprise au fil des années, c’est que le sport, c’est bon pour TOUT. Pour les cœurs brisés, pour l’estime de soi, pour les crampes (girls vous savez de quoi je parle), pour se débarrasser d’un rhume, pour les têtes «endilemmées» (malheureusement, j’ai pas encore trouvé que c’était bon pour les têtes enflées)… Bref, c’est bon pour le moral, c’est bon pour le stress, c’est bon pour ton corps, mais c’est aussi bon pour ton cerveau. Tu sais, quand tu n’arrives plus à continuer ta dissertation dû le lendemain? Quand tes équations de maths se mélangent entre elles et que chacune d’elles arrivent au même résultat (le seul que tu connais par cœur) : E= mc2 ?  Quand ton travaille de psychologie te mène à la conclusion que t’es juste en train de virer psychopathe et tu planifies le meurtre de ton prof? Eh bien, bonne nouvelle  pour toi, le sport PEUT t’aider. Et si tu bouges tes fesses maintenant, au lieu de procrastiner, il VA t’aider. Laisse-moi te donner quelques bonnes raisons…
no-time-to-work-out
Eh oui, parce que, de faire de l’exercice, ça aide ton cerveau à mieux fonctionner. Ça amène de l’oxygène à ton cerveau qui est sur le point «d’asphyxier», et ça le rend plus performant par la suite. Aussi, au lieu de prendre ton Adderall ou bien ton Concerta pour étudier (ce que je ne te recommande pas, à moins d’en avoir vraiment besoin), tu pourrais simplement sortir aller dépenser un peu d’énergie avec un bon jogging, et ça te ferait (presque) la même affaire, et même beaucoup plus de bien. C’est prouvé, le sport, que ce soit le jogging, prendre une bonne marche ou bien faire un match de badminton, aide à la concentration, ainsi qu’à la diminution du stress.
Lorsque que tu fais de l’activité physique, tu utilises ton surplus d’énergie que tu n’as pas utilisé dans la journée parce que t’étais planté sur les bancs d’école. Ben oui! T’en as encore de l’énergie! Ton cerveau est fatigué parce qu’il manque de jus, mais ton corps lui, il l’est pas! Alors prends un bon repas, tes runnings, pis va t’entraîner une bonne heure. Ton cerveau a besoin de nourriture pour faire le plein d’énergie, mais il a aussi besoin d’oxygène imagine-toi donc! Pis, augmenter ton rythme cardiaque est à peu près la meilleure chose que tu peux faire pour l’oxygéner.
En plus de toutes ces bonnes raisons pour bouger tes fesses (et que je bouge les miennes plus souvent aussi; tsé, faut que je fasse ce que je dis), après un entraînement, un jogging, une journée de hike éreintante ou une partie de soccer, ton corps est plus détendu. Ça, c’est l’effet de l’endorphine, aussi bien connue sous le nom «d’hormone du bonheur». Ton cerveau sécrète cette hormone-là quand tu fais du sport, elle contient des propriétés analgésiques, un peu comme la morphine. C’est pas beau, pouvoir être high sur le sport? Te dire que tu t’en va te défoncer au gym? Que t’es accro à la course? Que t’as besoin de ta dose quotidienne de sueur? Et tu sais le plus beau? C’est le meilleur remède naturel pour ton stress.
Crois-moi, j’en sais quelque chose. Il y a à peu près deux ans, durant ma fin de session de cégep avant Noël, j’ai arrêté de m’entraîner pour réussir à étudier pour mes 8 cours. Pire. Erreur. De. Ma. Vie. Je vivais un moment difficile et, pour ne pas aider, j’ai pas fait de sport pendant 3 semaines. Moi. Moi qui fais du sport tout le temps depuis que j’ai 6 ans. Ç’en est résulté une série d’événements (stress, déprime, humeur massacrante) qui ont fait que j’ai commencé à me remettre en question. Big Time. J’étais en crise existentielle. En remise en question de l’univers. En «mais je suis qui moi». Connaissez-vous Nevertheless- When I’m Alone? Écoutez pas ça si vous êtes dans un bon mood, c’est assez philosophique et déprimant pour faire virer Éric Salvail dépressif, et c’était pas mal ma chanson du moment. Tu sais, celle à laquelle tu t’identifies? Ouin.
Je n’avais pas été aussi stressée depuis très longtemps, c’était les notes qui seraient envoyées à l’université, celles qui détermineraient mon avenir, je badtrippais. Pourtant, j’suis une fille plutôt (sinon vraiment) joyeuse en général, je souris, je saute partout, je suis bonne à l’école, je parle à tout le monde, mais à ce moment précis de ma vie, j’étais plus personne. Je me remettais en question parce que j’étais stressée, parce que, si je rentrais pas à l’université, je savais pas ce que je ferais, ce que ça voudrait dire, et j’avais aucun moyen d’évacuer ce stress-là. Tu sais le pire? Noël s’en venait et ça ne me faisait ni chaud ni froid. J’étais aussi frigide à cette idée-là que Trump l’est à l’idée de laisser rentrer un Mexicain aux States. Le problème c’est que, quand je suis stressée, j’suis pas du monde. Je me renfermais à vue d’œil, c’est à peine si je ne commençais pas à me décomposer. Je pense sincèrement que c’était l’une des pires phases de ma courte existence.
Savez-vous ce que ça m’a fait de recommencer le sport suite à 3 semaines d’enfer? Je me sentais droguée. Après 3 semaines sans mon entraînement 3 fois par semaine, l’endorphine me faisait tellement d’effet que j’étais un petit peu high, mon stress redescendait, la pression s’évacuait, je retournais vers mon moi-même habituel. C’est comme si j’avais vécu un sevrage durant 3 semaines et qu’on m’avait enfin redonné ma dose, je commençais finalement à revivre.
Autant le sport peut prendre de la place dans une vie, autant il devient important et essentiel, et crois-moi, c’est la meilleure addiction que tu puisses trouver dans le monde entier. C’est le meilleur remède à la moitié des maladies que tu peux me nommer, et si ça n’a pas d’effet bénéfique sur les symptômes directement, ça peut les prévenir. Tu sais, le maudit cancer? Ouais ben de faire du sport diminue tes chances de l’avoir. L’ostéoporose? Même chose. L’AVC? 30% moins de chance d’en faire un. Le stress? La diminution est flagrante. La dépression? Guérie. L’estime de soi? Boosté. L’anxiété? C’est quoi?
J’espère qu’avec tout ça, je t’ai convaincu qu’à part un abonnement au gym, aux cours de yoga, au parc de la SÉPAQ le plus près ou à la piscine, t’as besoin de rien d’autre pour réussir tes exams cet automne! Lâche pas, c’est pas facile, mais c’est worth it.
Camille Arcand
Camille Arcand
Camille est une étudiante en psychoéducation à l'Université de Montréal. Elle a récemment découvert sa passion pour l'entraînement physique et s'intéresse plus particulièrement aux problèmes alimentaires et psychologiques, ainsi qu'a l'estime de soi s'y rattachant.

Laisser un commentaire :