La motivation : une qualité qui se développe

Il y a un problème récurrent chez la majorité des gens qui veulent se mettre/remettre en forme : la motivation.

Tout le monde (ou presque) à un certain point a un manque de motivation, que ce soit pour l’entraînement, l’alimentation, le travail, la vie en générale, etc. Ma question est donc : pourquoi un problème si commun, si présent dans nos vies est si difficile à régler? Selon moi, la réponse est simple : la motivation est une qualité qui se développe, et non qui est innée.

Qu’est-ce que ça veut dire en français? Pour avoir de la motivation, il faut se trouver une façon de s’en créer, et non espérer qu’elle vienne magiquement!

Maintenant, la question à 1 million : comment se créer de la motivation, surtout lorsqu’il n’y a pas une goutte de présent en nous? Il n’y a malheureusement pas de réponse universelle, mais voici quelques pistes de solutions qui j’espère vous inspirerons!

1.Le 5 Seconds Rule de Mel Gibson. Cette règle est très simple (presque ridicule) mais fonctionne à merveille : lorsque vous avez une tâche à faire, faites un compte à rebours de 5 à 0, et levez-vous à 0. Ridicule hein? Pourtant, scientifiquement, cette règle fait vraiment du sens !! En effet, lorsque vous prenez la décision de faire une action, c’est votre inconscient qui vous envoie le signal. Immédiatement, votre conscient va vous donner une « bonne » raison de ne pas bouger, chaque seconde !! L’avantage du 5 Seconds Rule : vous ne laissez pas le temps à votre conscient de vous décourager, et vous habituez votre cerveau à se lever après 5 secondes! Cette habitude devient ancrée en vous, et vous levez après 5 secondes devient un automatisme.

2. Modifier son « feedback loop » (boucle de rétroaction). Pour faire simple, il y a un déclencheur, une routine et une récompense. Exemple : je me dis que j’ai besoin de travailler (déclencheur), au lieu de me lever je reste assis devant la télévision (routine), je me sens bien parce que j’écoute quelque chose que j’aime (récompense). Le plus simple à changer est la routine. Si je prends toujours la décision de rester assis, mon cerveau va toujours me dire de rester assis dans ces moments. Donc, après avoir eu le déclencheur, tout de suite se lever pour faire autre chose. Cela va casser le « feedback loop » présent et négatif et créer un nouveau « loop » plus positif et productif!

3. Mon dernier point est plus pour vous emmener à une réflexion : la raison principale de la procrastination en générale est pour éviter l’inconfort de la tâche à faire. Il est quand même intéressant d’observer qu’il y a autant (sinon plus) d’inconfort à rester assis à ne pas accomplir nos obligations que d’aller faire la tâche que nous procrastinons!

Laisser un commentaire :