Pourquoi j’ai choisi d’éliminer le GLUTEN de ma vie.

Le Gluten :

Durant la majorité de mon enfance et adolescence, j’ai suivi la « diète Nord-Américaine ». Ce type d’alimentation que j’avais autrefois était riche en sucre et produits transformés. La majorité des aliments de cette diète contiennent un ingrédient commun, le GLUTEN. La protéine du blé, orge, seigle, avoine, kamut, etc., c’est-à-dire le gluten (pour traiter du sujet qu’en surface), est présent dans un nombre incalculable d’aliments.

Pourquoi j’ai décidé d’enlever le gluten de mon alimentation ? En fait, j’ai eu plusieurs troubles digestifs (gaz, flatulences, diarrhée, gonflements au niveau de l’abdomen, maux de tête, gain de poids, éructations, acné, etc.) durant la période où je consommais du gluten fréquemment. Après m’être informé auprès de professionnels de la santé très compétents, ils m’ont convaincu de tenter de couper le gluten et de voir les effets par moi-même. Quelle est la meilleure façon de voir si ça fonctionne ? L’essayer sur nous-même ! Vous savez ce qui s’est passé ? Dès que j’ai éliminé les aliments contenant du gluten, TOUS et je dis bien TOUS mes symptômes digestifs ont disparu, c’était tout simplement un WOW. Est-ce une coïncidence ? Je ne pense pas. Ce que je déclare ici est personnel, mais ceci est également arrivé à plus d’une centaine de mes clients qui ont réussi à modifier leur alimentation en éliminant le gluten.

« Mais Alexandre, ce n’est qu’une mode le sans gluten ! Santé Canada et plusieurs nutritionnistes disent que c’est du n’importe quoi le sans gluten. J’ai toujours mangé du gluten et je suis très en santé. Ce n’est que ceux qui ont la maladie cœliaque qui ne doivent pas manger de gluten. Le ph[…]chien a déclaré dans un blogue que c’était faux le sans gluten ! »

Ma réponse à tous ces arguments DU TONNERRE est très simple. Saviez-vous que le gluten ancestral était bon, oui, mais plus maintenant ? Pourquoi ? Peut-être parce qu’il est transformé et raffiné 4 fois lorsqu’il est inclus dans les aliments ? Oui, malheureusement, c’est une réalité. Le blé d’aujourd’hui n’est en aucun cas comparable au blé des années 1900s. Il est tellement transformé qu’il perd toutes ses propriétés et devient pro-inflammatoire. Un aliment/molécule pro-inflammatoire évoque qu’il cause une inflammation dans notre organisme, surtout au niveau du système digestif. Les symptômes que j’ai préalablement mentionnés plus haut sont des symptômes très fréquents dans la population. Peut-être que vous avez appris qu’avoir des gaz et des flatulences est normal, ou encore aller à la toilette 5 fois par jour est normal. Un gaz est l’échappement de méthane provenant de votre intestin, suite à la fermentation de bactéries sur vos parois intestinales qui n’ont pas pu être digérées. Elles doivent donc être évacuées d’urgence par votre rectum. Vous croyez encore que c’est normal ? Vraiment ? Non ce ne l’est pas ! Votre corps vous parle, écoutez-le ! Je comprends que plusieurs personnes soient perplexes, mais faites le test par vous-même et consommez 4 tranches de pain blanc. Regardez et analysez spécifiquement l’état dans lequel vous êtes 15 à 60 minutes par la suite (en se rappelant des symptômes digestifs préalablement énumérés).

Si, par chance, vous ne ressentez absolument rien, il y a quatre hypothèses qui s’offrent à vous :

  • Votre organisme est « inflammé » de façon chronique, et donc votre corps ne peut différencier ce qui est néfaste pour vous.
  • Vous pensez vraiment qu’avoir des troubles digestifs est « normal ».
  • Les symptômes peuvent apparaître après une longue période de temps (quelques jours, mois ou années).
  • Vous êtes extrêmement chanceux et vous faites partie d’une infime portion de la population.

De plus, voici quelques faits :

  • Le gluten est une des nombreuses intolérances alimentaires qui est de plus en plus présente aujourd’hui.
  • Les mammifères n’ont pas d’enzymes pour digérer la gliadine. La gliadine cause de l’inflammation au niveau intestinal.
  • Si notre profil génétique n’est pas adéquat, cela va graduellement se développer en intolérance.
  • Les grains (gluten) contiennent des toxines appelées prolamine qui sont extrêmement difficiles à digérer pour l’être humain.
  • Environ 81% des personnes seraient prédisposées génétiquement à cette intolérance.
  • 90% des cœliaques ne seraient pas diagnostiqués.

***Pour ceux qui veulent comprendre un peu plus le mécanisme, il y a des images qui expliquent bien à la fin de ce blogue, en annexe.

Voici plusieurs autres symptômes d’intolérance :

  • Généraux : Fatigue, sudation, frissons
  • Respiratoires : Asthme
  • Articulaires/Musculaires : Inflammation, œdème, douleurs, raideurs
  • Cognitifs : « Brain fog », troubles de mémoire, humeur instable
  • Cutanés : Rougeurs, peau grasse/sèche, plaques, cuticules

Est-ce que tout le monde est intolérant au gluten ? Non. Il ne faut pas devenir « fou » avec le gluten, mais mon conseil est de l’éliminer le plus possible de son alimentation. Il faut également mentionner que la majorité des aliments riches en gluten sont transformés et contiennent une quantité élevée en sucre.

Je préfère m’alimenter avec des aliments naturellement sans gluten tel que :

  • Viande, volaille, poisson
  • Fruits et légumes
  • Riz
  • Pommes de terre et patates douces
  • Légumineuses (lentilles, haricots)
  • Oeufs

Quelques conseils :

  • Remplacez votre pain par du pain Ezekiel, sans gluten ou de quinoa;
  • Il existe du gruau sans gluten, privilégiez celui-ci;
  • Pour les pâtes, prendre des pâtes sans gluten ou des pâtes de riz;
  • Les aliments sans gluten ne sont pas TOUS bons. Ceux transformés, avec ou sans gluten, ne sont pas bons pour la santé;
  • Changez votre farine blanche par de la farine de riz brun, sarrasin, coco, millet, manioc, de marque Angélique, etc.;
  • Évitez les produits transformés en général

Ce qui est positif est que de plus en plus de gens mangent « sans gluten » et il faut continuer dans cette direction.

Le sujet abordé sur le gluten sera toujours une controverse, car la science n’a pas encore fait le point. Toutefois, il sera toujours préférable de consommer de vrais aliments et des aliments le moins transformés possible. Ce texte n’est qu’un survol du gluten et a été écrit dans un but informatif. Je vous laisse sur cette citation du grand philosophe Hippocrate :

« Laissez la nourriture être votre médicament et votre médecine être votre nourriture »

Alexandre Monfette, N.D., Phy.D., NS.P., B.sc. Kinésiologie, Posturologue

avatar

Samuel Beaulieu Cadieux

Entraîneur et Propriétaire de Fen-X

Samuel est entraîneur et étudiant en Naturopathie. Il a fondé avec son coéquipier, Jérome Gravel, l’entreprise Fen-X qui se spécialise en Coaching en domicile. Vous pouvez visiter leur site web au https://fen-x.ca/

Sources :

Bienvenu F, Besson Duvanel C, Seignovert C, Rouzaire P, Lachaux A, Bienvenu J. Evaluation of a point-of-care test based on deamidated gliadin peptides for celiac disease screening in a large pediatric population. EurJ GastroenterolHepatol2012 Sep 29.

Biesiekierski JR, Newnhham ED, Irving PM et al. Gluten causes gastrointestinal symptoms in subjects without celiac disease: a double blind randomized placebo controlled trial. Am J Gastroenterol 2010.

Catassi C, Bai JC, & al. A: Non-celiac gluten sensitivity: the new frontier of gluten related disorders. Nutrients. 2013, 5: 3839-3853. 10.3390/nu5103839.

Katri Kaukinen, Pekka Collin, Markku Mäki Latent coeliac disease or coeliac disease beyond villous atrophy?Gut2007;56:1339-1340

Rodrigo L, Blanco I, Bobes J, de Serres F: Effect of one year of a gluten-free diet on the clinical evolution of irritable bowel syndrome plus fibromyalgia in patients with associated lymphocytic enteritis: a case–control study. Arthritis Res Ther. 2014, 16: 421-

Verdu EF: Can gluten contribute to irritable bowel syndrome? Am J Gastroenterol. 2011, 106: 516-518. 10.1038/ajg.2010.490.

Volta U, Caio G, Tovoli F, De Giorgio R: Non-celiac gluten sensitivity: questions still to be answered despite an increasing awareness. Cell Mol Immunol. 2013, 10: 383-392. 10.1038/cmi.2013.28.

Volta U. Gluten-free diet in the management of patients with irritable bowel syndrome, fibromyalgia and lymphocytic enteritisArthritis Research & Therapy201416:505

What’s Eating You: How to Diagnose and Deal with Food Sensitivities, Wendy Warner, MD, ABIHM www.MedicineInBalance.com

Laisser un commentaire :